AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité


Message RP ouvert - Le Mal de Gothfrid - Tome 1, Chapitre 1 ♦ écrit Ven 22 Juin - 0:21
 
Le Mal de Gothfrid.
Tome 1, Chapitre 1


E5 - 20, Mois 10, Semaine 4, Jour 7,


Cela n'était plus un secret pour personne en Mildril, le Roi Gothfrid déclinait de jour en jour. Les crieurs publics n'avaient pas ménagé leur peine et s'étaient déployés à travers tout les territoires du royaume. Que le vieux roi fût sur son déclin n'avait pas étonné Teriel plus que de mesure, mais ce qui lui paraissait incohérent était l'empressement de la Cour à colporter d'abord, puis rendre officiellement publique cette nouvelle.

Lorsque le pouvoir est en jeu, il est de mise, et tous les conseillers auraient du s'accorder à ce sujet, sur la nécessité de cacher au peuple la soudaine fragilité du pouvoir. Chercher activement un remède au mal du Souverain était tout à fait possible sans pour autant crier à tous les coins de rue que le grand ordonnateur de l'Union et garant de la Paix était au plus mal. Cet empressement de Janna, épouse du Roi à clamer son désarroi et son besoin d'aide pour sauver son époux était peut-être sincère mais inopportun.

L'incertitude donne de l'ivresse aux âmes aventureuses mais provoque aussi la panique des esprits les plus simples. Annoncer que le Roi se mourrait était tout simplement une invite aux émeutes, aux coups d’État. Comment Jana avait put manquer aussi cruellement de clairvoyance ? Comment les Conseillers royaux avaient-ils pu la laisser commettre une telle erreur de gouvernance ? A moins qu'ils l'en aient avertie et qu'elle ait délibérément choisi d'ignorer leurs mises en garde. Au quel cas, les pires craintes de Teriel se révéleraient fondées. Le Roi lui-même devait être au plus mal pour avoir permis cela.

Teriel, après un entrainement à la Salle d'Armes de la Garde et une chevauchée dans la Sylve qui surplombait Dallae, avait regagné le Palais souhaitait s'en entretenir avec son Suzerain, Loren Arandr. Il avait demandé une entrevue  en urgence mais il n'était pas toujours aisé de pouvoir parler à Loren, même s'il était très accessible et bienveillant envers tous ses sujets. Sa charge et son rang l'accaparaient simplement beaucoup trop pour qu'il put se rendre disponible en un délai aussi court. Probablement, Teriel aurait audience avec un Conseiller qui rendrait compte au Grand Prêtre de l'entrevue.

Cela risquait de prendre beaucoup trop de temps... Le temps que Loren soit informé des craintes du plus haut gradé de sa Garde, qu'il prenne au sérieux cet avertissement, qui sortait totalement des prérogatives de l'Officier demandeur, qu'il envoie un messager à Port Royal. Cela pourrait coûter la vie au vieux Lion. Aussi Teriel trépignait-il d'impatience de partager ses convictions avec le Souverain plein de sagesse qu'il servait et avait-il hâte qu'il lui ordonne sur le champ d'aller avertir le Roi du péril qui le menaçait.

S'il n'obtenait audience, probablement qu'il s'élancerait seul vers la Capitale de Nihilium, désertant son poste de Commandant de la Garde et s'exposant ainsi à la plus cuisante des sanctions qui soit pour un Elfe: le bannissement. Mais la Paix était plus importante que la vie d'un Elfe. Cette conviction avait une origine: Loren Arandr, l’Être que Teriel plaçait au dessus des Dieux eux-mêmes.

Faisant les cent pas dans l'antichambre, il se demandait qui allait bien le recevoir dans les appartement royaux.

Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Teriel Argemor le Lun 9 Juil - 23:46, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Message RP ouvert - Le Mal de Gothfrid - Tome 1, Chapitre 1 ♦ écrit Ven 22 Juin - 17:31
 
Le Mal de Gothfrid.
Tome 1, Chapitre 1


E5 - 20, Mois 10, Semaine 4, Jour 7.
Gallana était seule dans la pièce. Loren avait déjà beaucoup trop à faire et ne pouvait recevoir son Commandant de la Garde. Il savait aussi sûrement de quoi ce dernier voulait parler et Gallana se rappela avoir promis de s'occuper de tout ce qui aurait un lien avec la maladie du roi Gothfrid. Elle n'avait donc pas le choix.

Elle ne détestait pas Teriel Argemor mais elle ne savait jamais quoi faire avec lui. Elle le trouvait très différent des autres elfes, son tempérament et son caractère étaient à l'opposé de ce que Gallana prônait toujours. Il la mettait mal à l'aise. Quand elle le pouvait, elle esquivait volontiers les rendez-vous avec lui et laissait Loren s'en charger. Mais aujourd'hui, elle n'avait pas le choix.

Gallana tenta de chasser toutes ses inquiétudes de son esprit, inspira un grand coup et fit un signe de tête au garde à proximité de la porte afin de notifier qu'elle était prête. Teriel Argemor pouvait entrer.

Le garde acquiesca, s'approcha de la grande porte en bois massif, tira sur le premier battant.

Gallana aperçu Teriel, arpentant la salle, l'air très grave, ce qui n'était pas une surprise pour elle, elle ne lui avait jamais vu un air plus décontracté sur le visage. Peut-être n'étaient-ils juste pas assez proches pour cela ? Ou bien ne souriait-il donc jamais ?

Gallana ne laissa rien paraître, elle redressa les épaules, joignit ses mains devant elle, afficha son grand sourire habituel et accueilli Teriel.

-Sir Teriel Argemor, soyez le bienvenu. Que puis-je faire pour vous ?
demanda-t-elle d'une voix douce et bienveillante, d'un air désormais assuré.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Message RP ouvert - Le Mal de Gothfrid - Tome 1, Chapitre 1 ♦ écrit Sam 23 Juin - 0:09
 
Le Mal de Gothfrid.
Tome 1, Chapitre 1


E5 - 20, Mois 10, Semaine 4, Jour 7,

Teriel se vit interrompu dans ses spéculations par le bruit de la lourde porte qu'on ouvrait. Le Palais de Dallae avait tout d'une place forte, à la différence de  celui d'Isdr que narraient les légendes. Un Garde qu'il connaissait apparut sur le seuil, tirant sur le battant monumental. Dans l'autre pièce qui était une sorte de salon donnant sur les bureaux des Suzerains, il vit immédiatement la silhouette gracile de Dame Arandr. Il préférait ainsi en ces termes la nommer et y penser. L’Épouse de son Suzerain, donc sa Suzeraine par la Loi Elfique qui conférait les pouvoirs de son âme sœur à toute femme, se tenait devant lui, souriante, bienveillante. Fidèle à sa légende. Une icône de sagesse et de fidélité matrimoniale, d'innocence et de pureté. A se demander comment Irilis avait vu le jour ...

Il masqua une certaine déception de ne pas avoir en face de lui Loren, bien qu'il s'y attendit, et une crispation devant cette femme qui dérangeait l'ordre de son monde. Chaque épouse lui rappelait qu'il avait perdu la sienne. Mais différemment. La plupart lui démontrait à quel point il avait eu de la chance d'avoir épousé la sienne, Adeïna et combien elle lui manquait cruellement. Aussi entretenait-il des relations très distantes avec les femmes hormis celles qu'il soumettait à ses désirs lorsque certaines pulsions se faisaient trop pressantes. Ces dernières n'avaient droit qu'à son cynisme et sa froideur en dehors du lit. Il ne les maltraitait pas car il méprisait la lâcheté et pour lui s'en prendre à une femme était un signe de lâcheté puisqu'elles étaient physiquement moins fortes que les hommes. En revanche, il leur en voulait presque secrètement d'être encore en vie dans leur médiocrité alors que sa tendre Adeïna avait été emportée par un mal mystérieux.

Il s'amusait fort, sans en rien laisser paraître, de séduire les femmes de certains notables. Pour ce faire, point besoin n'était de déployer des trésors de charme. Il lui suffisait d'attendre et d'être lui. Tel le serpent qui lui avait servi de parrain funeste au berceau, il se contentait de guetter ses proies et quand elles lui tournaient autour avec ingénuité, pensant mener un jeu de séduction, il refermait sur elles son emprise et abattait chez les malheureuses toute velléité de résistance. Une fois la forfaiture accomplie et l'acte consommé, il les dédaignait comme les viles créatures infidèles et fourbes qu'elles étaient. Son mépris pour ces femmes adultères n'avait d'égal que celui qu'il vouait désormais aux Dieux. Nombre d'entre elles avaient déjà succombé sans jamais oser en faire état et chacune était une âme à corrompre, hormis Gallana Arandr, épouse de son Suzerain.

L'adulation qu'il vouait à cet homme avait remplacé la dévotion aux Dieux et la Dame de Mildril était une Madone sacrée à ses yeux. Des yeux qui voyaient pourtant sa beauté rayonnante, sa grâce délicate, sa bonté naturelle. Une fontaine de lumière dans un monde d'obscurantisme. S'entretenir avec elle au sujet du mal de Gothfrid  était assez délicat puisqu'il allait devoir évoquer des choses pénibles. Sa pudeur l'empêchait de s'épancher et sa nature d'Elfe Noir de se lamenter sur son sort mais confier certaines choses de son passé à une femme et surtout à elle, lui paraissait une épreuve impossible.

Cependant la Paix était en jeu et le destin du peuple elfique était lié à la Paix. Cruel dilemme ! Il s'immobilisa et s'avança d'un pas assuré vers la Dame, puis main sur le pommeau de son épée, il se courba en un gracieux salut. Certains Nobles baisaient la main de la Dame  par déférence. Teriel préférait réserver cette marque d'allégeance à celle de son Époux. On ne savait jamais comment un incendie risquait de se propager de la main à tout le corps. Un seul arbre victime de la foudre et c'était toute la forêt qui s'embrasait. Et concernant Gallana, ce n'était pas la main, seule, qu'il avait envie de baiser. Mieux valait passer pour un goujat que pour un traitre.

Il se redressa et fronça les sourcils. Qu'elle arrête de lui sourire où il ne répondait plus de rien !

- Ma Dame, je viens vous entretenir du Malaise qui frappe le Roy. Certains symptômes ne me sont pas inconnus et j'ai des renseignements et déductions à partager...



Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Teriel Argemor le Lun 9 Juil - 23:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Message RP ouvert - Le Mal de Gothfrid - Tome 1, Chapitre 1 ♦ écrit Dim 24 Juin - 2:44
 
Le Mal de Gothfrid.
Tome 1, Chapitre 1


E5 - 20, Mois 10, Semaine 4, Jour 7,

Elle regardait Teriel approcher et la saluer, notant qu'il ne lui baiserait pas la main, comme à son habitude. Elle savait que ce geste pouvait être mal pris par de nombreux nobles, pointilleux sur les règles en société. Cependant, Gallana comprenait. Elle connaissait le passé de Teriel, ce qui le rendait ainsi et lui pardonnait volontiers ces "oublis" de politesse. La mort de sa femme l'avait totalement changé, disait-on. Gallana compatissait à son malheur autant qu'il la mettait mal à l'aise. Elle-même savait qu'elle ne pourrait supporter la perte de Loren ou Irilis. Eux qui étaient sa seule famille, son monde. Elle avait connu le deuil une fois dans sa vie, quand elle avait perdu ses parents. Elle se rappelait encore à quel point cela avait été douloureux et difficile à surmonter. Alors si quelque chose arrivait à Loren ou Irilis....

Elle détestait y penser, aussi, elle chassa aussitôt ces tristes pensées qu'elle cachait constamment derrière ce magnifique sourire. Elle se concentra de nouveau sur Teriel et le vit froncer les sourcils. Avait-il remarqué ce qui était caché derrière son sourire ? Elle se posait cette question à chaque fois qu'elle le rencontrait. Son regard, l'expression de son visage... Gallana se fourvoyait peut-être mais elle avait toujours l'impression qu'il pouvait voir sa tristesse et sa peur. Et elle détestait cette idée.

-Ma Dame, je viens vous entretenir du Malaise qui frappe le Roy. Certains symptômes ne me sont pas inconnus et j'ai des renseignements et déductions à partager...

Des renseignements ? Cela faisait 5 jours qu'elle avait rendu visite à Sindar et ce dernier lui avait assuré que seule la Potion d'Harel pourrait guérir le roi. Quels renseignements pouvait bien avoir Teriel ? Gallana était intriguée bien que sceptique. Cependant, les enjeux étaient trop importants pour qu'elle ignore le Commandant et ne suive pas toutes les pistes possibles. D'autant plus que seule la Maison Soleymon avait répondu à son appel à l'aide...

Le visage de Gallana se fit plus sérieux, son sourire moins grand mais toujours présent, encourageant son interlocuteur à parler.

-Des renseignements ? Repondit-elle à voix haute. Et vous connaissez les symptômes ? Je vous écoute, Sir Teriel.

Elle se demandait comment leur Commandant de la Garde pourrait avoir des informations au sujet de la maladie du roi mais s'il en avait vraiment, peut-être avait-il de meilleures nouvelles qu'une prétendue Potion miracle d'un homme qui aurait peut-être existé. Elle espérait que Teriel pourrait lui délivrer là des informations qui aiderait le roi au plus vite, mettant fin à ses inquiétudes qu'une nouvelle guerre n'éclate.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Message RP ouvert - Le Mal de Gothfrid - Tome 1, Chapitre 1 ♦ écrit Lun 25 Juin - 19:43
 
Le Mal de Gothfrid.
Tome 1, Chapitre 1


E5 - 20, Mois 10, Semaine 4, Jour 7,

Teriel lut la surprise dans le regard de Gallana. Bien que cela l'amusa assez, il contint son ironie pour n'en laisser paraître qu'un petit pli au coin de la lèvre, qui pouvait s'apparenter à la naissance d'un sourire en coin. Comme pour s'excuser d'une indiscrétion, il répondit d'une voix calme.

- Une de mes obligation au service de la Maison Arandr, Ma Dame, est d'avoir des yeux et des oreilles partout. En outre, la Maison Royale n'a guère été discrète sur le sujet. On dit que des crieurs publics ont été commis à toutes les grandes villes de Nihilium pour offrir récompense à qui aiderait la guérison du Roy ...


Le Commandant de la Garde leva des yeux exaspérés au ciel, signe qu'il jugeait de la plus haute sottise un tel étalage. Comme si cette expression ne suffisait pas, il martela en soupirant :

- C'est d'une stupidité sans nom ... ou au contraire, le haut fait d'un Machiavel. Pour œuvrer dans l'ombre sans être inquiété, quoi de plus sûr que de se faire passer pour une des victimes ?


Même si ce qu'il était en train d'évoquer était le reflet sincère de ce qu'il pensait, Teriel n'abordait pas directement le sujet et ne répondait pas à la question de sa Suzeraine. Il lui fallait rassembler ses forces et son courage pour y parvenir. Pour gagner encore du temps, il prit le raisonnement à son envers.

- Je connais les symptômes et je pense que pour les voir disparaître, il suffit d'éloigner le Roy de ce qui les provoque...


Puis s'avançant soudain tout près de l'oreille de sa Suzeraine, il posa sa main sur son bras délicat et ses doigts se refermèrent comme des serres l'emprisonnant. Sondant son regard de ses yeux sombres, il murmura :

- Que feriez-vous si, pour une raison ou une autre, votre noble époux contrariait vos propres plans ? Si vous étiez convaincue que l'avenir de Nihilium porte un autre visage que le sien?


Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Teriel Argemor le Lun 9 Juil - 23:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Message RP ouvert - Le Mal de Gothfrid - Tome 1, Chapitre 1 ♦ écrit Mar 26 Juin - 15:05
 
Le Mal de Gothfrid.
Tome 1, Chapitre 1


E5 - 20, Mois 10, Semaine 4, Jour 7,

-C'est d'une stupidité sans nom ... ou au contraire, le haut fait d'un Machiavel. Pour œuvrer dans l'ombre sans être inquiété, quoi de plus sûr que de se faire passer pour une des victimes ? 

Teriel ne répondait pas encore à la question de Gallana mais ses propos avaient du sens. Il est vrai que prévenir tout le monde, y compris ses ennemis, que le roi était en mauvaise posture était incroyablement dangereux. Cependant, Gallana refusait de jeter la pierre à la reine pour cette maladresse. Après tout, elle tentait de sauver son mari, toutes les excuses seraient donc bonnes aux yeux de Gallana.

-Je connais les symptômes et je pense que pour les voir disparaître, il suffit d'éloigner le Roy de ce qui les provoque...


A ces mots, Gallana haussa un sourcil, comme pour le mettre au défi d'en dire plus. Il semblait se faire désirer, attendant le dernier moment pour dire ce qu'il savait vraiment, ce qui n'était pas du goût de Gallana. Le temps leur était compté et la quête de la Potion d'Harel allait sûrement durer tellement longtemps qu'au moins 3 rois humains auraient le temps de gouverner et mourir avant qu'elle n'ait ne serait-ce qu'une preuve de son existence. Alors si Teriel avait de vraies informations, il se devait de les partager et vite.

L'impatience n'était pas un défaut que Gallana avait, sauf quand la situation l'exigeait et qu'elle avait une raison de croire que sa famille pouvait être en danger. C'était le cas ici. Alors, contrairement à son habitude et mue par ce désir de protéger sa famille, elle montra à Teriel son impatience :

-Sir Teriel, venez-en aux faits je vous prie. Qu'insinuez-vous et que savez-vous exactement ?


Elle espérait qu'il ne sous entendait pas que quelqu'un aurait empoisonné le roi. Ce genre d'accusations pouvaient être dangereuses pour lui et le royaume des elfes. Mais si c'était là la vérité, la situation serait encore plus dangereuse pour tout le monde. Si seulement il pouvait lui donner une réponse claire !

Au lieu de lui répondre, Teriel s'avança vers Gallana, tellement prés qu'il put lui prendre le bras. La présence de Teriel la rendait déjà mal à l'aise alors le voir si près et sentir sa main sur son bras...Ce geste agaça Gallana, elle eut un mouvement de recul et fronça les sourcils, ne souriant désormais plus. Comment pouvait-il se permettre ce geste ? Il ne lui baisait jamais la main mais lui agrippait le bras ? Tentait-il de lui faire peur ? Alors qu'elle s'apprêtait à ouvrir la bouche pour le remettre à sa place, contrariée, il reprit :

-Que feriez-vous si, pour une raison ou une autre, votre noble époux contrariait vos propres plans ? Si vous étiez convaincue que l'avenir de Nihilium porte un autre visage que le sien?


Je rêve, pensa Gallana. Il n'y a pas d'autre explication. Insinue-t-il que la reine pourrait vouloir du mal à son propre mari ? Il est vrai que les mariages d'amour existent rarement, mais attenter à la vie de quelqu'un, qui plus est un proche ? Gallana ne pouvait y croire. Mais la contrariété fit place à la colère. Une colère incrédule. «Que feriez-vous si votre époux contrariait vos plans ? ». Il osait lui poser cette question ?
Elle tira sur son bras pour le dégager, fit un pas en arrière pour réinstaurer une distance qu'elle jugeait correct entre Teriel et elle-même puis elle parla, le ton dur, le visage sévère et le regard plus froid qu'à son habitude, ne cherchant pas à dissimuler ce qu'elle ressentait.

-C'est une situation que Loren et moi ne connaîtrons jamais. Ses plans sont les miens et mes plans sont les siens. Et si par cas, nos avis divergent, je le suivrai quand même jusqu'au bout, Sir Teriel. Et insinuer que je pourrais vouloir du mal à mon mari pour une quelconque raison...
Gallana esquissa de nouveau un sourire, mais un sourire en coin cette fois-ci, le visage toujours tendu. Vous me connaissez donc bien mal, Sir Teriel.

Dans l'esprit de Gallana, il était inacceptable d'imaginer qu'elle pourrait faire du mal à Loren. Lui qui était son sauveur par deux fois, lui à qui elle avait juré de toujours s'accrocher à la vie et à qui elle avait donné un enfant.

Une fois ces paroles prononcées et une distance d'un pas entre eux établie, Gallana se sentit mieux, elle se calma.

-Bien,
reprit Gallana. Sir Teriel, si vous êtes en train de dire que vous soupçonnez la reine de jouer un rôle quelconque dans la maladie du roi, je refuse de vous croire. Il faudra plus que des soupçons et une habileté hors du commun à me mettre en colère pour me convaincre, dit-elle, son sourire calme revenu mais son regard toujours dur.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Message RP ouvert - Le Mal de Gothfrid - Tome 1, Chapitre 1 ♦ écrit Mer 27 Juin - 0:09
 
Le Mal de Gothfrid.
Tome 1, Chapitre 1


E5 - 20, Mois 10, Semaine 4, Jour 7,

Il fit un pas en arrière  en même temps qu'elle se dégageait de sa main, comme si l'un et l'autre avaient ressenti une brûlure à ce contact. Il ne murmura pourtant aucun mot d'excuse mais se contenta de la fixer en affichant un sourire plein de morgue tandis qu'elle affirmait que jamais Loren et elle ne connaitraient cette crise dont il évoquait le spectre pour Gothfrid.

Elle le pressait, soumise à des obligations politiques, de dire ce qu'il pensait savoir au sujet du mal qui clouait le Souverain de Nihilium au lit. Mais il sentait qu'elle ne le croirait pas avant même qu'il ait le temps d'avérer ses propos. Il se raidit et renonça à expliquer ce qu'il savait et sentait.

A présent à bonne distance de la tentation, il reprit un visage sombre et d'une voix grave, tout en la toisant de son regard de braise, il dit lentement:

- Au contraire, Dame Gallana, je vous connais parfaitement. Soumission et dévotion. Vous êtes ainsi. Et vous ignorez que la loyauté peut parfois prendre la forme d'une rébellion, qu'un acte d'amour, un sacrifice peut être révélé dans un parjure ou un sacrilège. Que croyez-vous que Loren, votre époux, notre aimé Grand Prêtre,  ait ressenti lorsqu'il a pris la vie d'un Homme, qui plus est celui qui avait offert un asile aux Elfes ?

Il recula d'un pas encore, pour ne pas l'effrayer, puis s'agenouilla et tira son épée du fourreau pour la lui présenter lame posée sur sa main gauche. La main du cœur, le signe d'allégeance secret des Elfes Noirs.

- C'est vous, en vérité, qui me connaissez bien mal. Rien d'étonnant à cela, n'est-ce pas ? Bien peu d'êtres cherchent à connaître ce qui les effraye.


Puis baissant les yeux et fixant son attention au sol, il respira profondément avant de relever la tête et de plonger son regard anthracite dans celui de sa Suzeraine.

- Je regrette qu'il n'ait pu me recevoir. Ma Dame, recevez cette lame que vous lui remettrez en signe de renouvellement de mes vœux. Je vous demande donc la permission de me retirer afin de pouvoir le servir seul. Que la matinée vous soit douce.


Elle le révoquait, du moins voulait-il donner l'impression qu'il avait ce sentiment que l'entrevue était close et non avenue. Il s'y était préparé, en fin stratège. Résolu dans l'extrême à mener ses investigations plus loin et seul, s'il le fallait.

- Toutes les épouses ne sont pas aussi loyales que vous l'êtes Ma Dame ...


Un sourire triste se plaqua sur le visage de l'Officier alors qu'il murmurait:

- Puisse-t-il vous garder et vous chérir comme vous le méritez.



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Message RP ouvert - Le Mal de Gothfrid - Tome 1, Chapitre 1 ♦ écrit
Revenir en haut Aller en bas
RP ouvert - Le Mal de Gothfrid - Tome 1, Chapitre 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Naruto – Tome 9 : Neji et Hinata
» Tome II, Chapitre IV - Contraband Days
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» Tome 9 - [Spoiler !] Titre provisoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes d'Amhal :: Zone HRP :: Archives royales :: Archives V1-
Sauter vers: