AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité


Message [Quelque part sur la côte de Cordouanelle] Quand un Elfe a un grain (pv Guillaume et Ruby) ♦ écrit Ven 13 Juil - 21:03
 
Quand un Elfe a un grain


E5-20, Mois 11, Semaine 3, Jour 3.

A l'aune de la vie d'un Elfe, quelques semaines étaient peu de temps. Mais pour le bouillonnant Elfe Noir qu'était Teriel et étant donné les circonstances qui l'avaient mené à entreprendre ce voyage, il lui semblait que les deux semaines écoulées depuis que l'Edana avait appareillé de Dallae s'étiraient paresseusement comme un chat au soleil.

Bien qu'il s'activât intellectuellement à tenir un journal de bord de la traversée, le Commandant de la Garde de Nihis rongeait la plupart du temps son frein. Son regard de braise contemplait l'horizon comme s'il avait pu tirer plus vite le bateau vers sa destination. Ce n'était plus l'appel du large, mais l'appel de l'urgence qui s'imposait à lui. Chaque jour pouvait être le dernier du Roy. Le Souverain de Nihilium était cerné par les ombres, au cœur d'un maëlstrom maléfique.

C'est ainsi qu'il lui apparaissait chaque nuit, se débattant contre des spectres qui le prenaient à la gorge ou s'asseyaient sur son buste pour le faire étouffer. Teriel était suspendu au balcon dans ce rêve récurrent et assistait, à travers le vitrail, à l'agonie du vieil homme sans pouvoir intervenir. Comme si un sort puissant l'empêchait de briser la fenêtre et de se précipiter dans la pièce. Chaque nuit, depuis qu'il avait pris la mer, ce rêve aux relents de cauchemar le tirait brutalement d'un sommeil agité.

Teriel avait toujours eu le sommeil agité depuis son plus jeune âge. Ces manifestations spectrales avaient pris de l'ampleur à la mort de sa femme. Depuis la maladie de Gothfrid, les assauts avaient encore redoublé. Ils avaient l'air de plus en plus palpables et menaçants. De plus en plus vicieux aussi, prenant parfois la forme de goules indécentes. Comble de l'horreur certaines d'entre elles avaient le doux visage d'Adeïna, ce qui le faisait se réveiller en larmes.

Il abhorrait sa faiblesse dans ces moments et tentait souvent de la noyer dans l'alcool. Un vice aux yeux de Nihis. Mais il s'en préoccupait comme d'une guigne. Une rasade de vieux rhum dès l'aube. Où parfois quelques plantes ou micelle hallucinogènes cueillies dans la forêt faisaient aussi l'affaire. D'ailleurs il en avait collecté une petite bourse avant son départ. Fort heureusement, leur usage lui évitait les écueils du mal de mer.

Teriel avait le pied moins marin que son cheval. C'est dire son état lorsque l'Edana se trouva face au mur d'une tempête à affronter des vagues de quinze mètres de haut. Alors qu'il venait de se réveiller d'un de ses cauchemars horrifiques lui présentant Janna en harpie, il déboula sur le pont battu par les embruns. S'il n'avait absorbé des tysmodées, il aurait rendu ses tripes. Il se cramponna à l’accastillage et, là où tout Humain aurait hurlé " que se passe-t-il, Capitaine ? C'est une tempête ? " il se rapprocha de l'Elfe qui se tenait à la proue et murmura : " En quoi puis-je vous aider Capitaine ?"  En quoi on lui avait répondu "apprêtez-vous à nager". Teriel avait souri à la vieille boutade éculée.

Beaucoup d'Elfes avaient nagé pour échapper au volcan. La plupart était morte. Il avait répondu d'un air résolu:

- Je nagerai à côté de Talas, ainsi nous nous livrerons à la Mer ensemble.

Ce à quoi le vieil Elfe répondit :

- C'est peu probable, nous sommes presque sur la côte de Cordouanelle.

Teriel ne voyait pas en quoi leur situation géographique pouvait les sauver des flots déchaînés. Devant son sourcillement, le Capitaine trouva bon de préciser:

- Leur devise est, malgré le fait de vivre sur un bout de rocher battu par les flots et au juste milieu de la Mer Croisée, c'est à dire de nulle part: "Malgré le tumulte des flots, nous ne sombrons pas."

Il achevait à peine sa phrase qu'un fracas épouvantable révélait la situation: la tempête venait de drosser l'Edana sur les récifs de Cordouanelle.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Guillaume de Kérizel
ac : Henri (Henry) Cavill
Messages : 192
Date d'inscription : 14/06/2018
Loué les rois :
Surnom : le Bien-Aîmé ; Guy ; Gus
Mariage : veuf de sa femme Marie de Les Anges
Age : 38 ans
Métier/Titres : ambassadeur & ministre des Affaires étrangère / duc de Kérizel
Allégeance : sa famille & son pays

Message [Quelque part sur la côte de Cordouanelle] Quand un Elfe a un grain (pv Guillaume et Ruby) ♦ écrit Lun 23 Juil - 23:26


Quand un elfe a un grain

Il est trois choses que l'homme sage doit redouter : une tempête sur la mer, une nuit sans lune et la colère de l'homme débonnaire. — Patrice (Patrick) Rothuss

E5-20, Mois 11, Semaine 3, Jour 3

Dans le phare, le gardien descendait les escaliers à vive allure pour se dépêcher d'aller voir la capitainerie du port. Sous le vent, battant son manteau, il alla à sa barque pour prendre le large jusqu'au port, non loin. Mais sa lampe lui montra l'horreur de la météo de ce soir : les vagues se fracassaient contre l'embarcation qui tenait bon, attachée à sa corde, elle même attachée au pont. Ne pouvant prendre son petit bateau, il remonta dans sa tour, puis il prit le verre rouge qu'il plaça dans la lunette pour que la lumière devienne rouge.

⁂⁂⁂

« — Mon capitaine ! » Un jeune homme arriva dans le bureau au port. « Le gardien du phare a mit une lumière rouge ! Un bateau non déclaré s'approche de nos côtes » Le monsieur leva ses fesses de son siège. « — Il faut prévenir notre seigneur ! » Un autre homme arriva : « — Capitaine ! Un bateau s'est échoué sur nos côtés, à vingt minutes à pied d'ici. » Quoique décontenancé par cette soudaine nouvelle, le vieil homme reprit : « — Il faut aller dépêcher une équipe de secours, morbleu ! Allez prévenir l'infirmerie, messieurs ! Et si leur chef n'est pas blessé, qu'il se repose, il sera demain matin mené chez Sa Seigneurie » Ils ne se firent pas prier & coururent prévenir tout le monde qui devait être dans la confidence. Le capitaine écrivit aussi une lettre puis il appela un valet : « — Allez portez cette lettre au Seigneur Guillaume, elle contient des informations importantes. Comme le coucher est fait, il faudrait attendre son lever, malheureusement... »

⁂⁂⁂

« Monseigneur,

Veuillez m'excusez si je vous dérange, mais un bateau d'une provenance inconnue s'est échoué non loin de nos côtes, cette nuit. Une équipe de secours est allée voir cela, accompagnée de plusieurs de nos militaires. Si leur chef se porte bien, nous vous proposons de le rencontrer, conformément aux ordres que vous donnez.

Votre très humble serviteur,


Alcide Armot
 »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Message [Quelque part sur la côte de Cordouanelle] Quand un Elfe a un grain (pv Guillaume et Ruby) ♦ écrit Sam 28 Juil - 17:22
 
Quand un Elfe a un grain


E5-20, Mois 11, Semaine 3, Jour 3.
Un des officiers remonta des cales avec un certain empressement mais toujours dans la retenue propre aux êtres elfiques. Il s'inclina devant son Capitaine et Teriel qui se tenait accroché au bastingage, sa longue chevelure sombre malmenées par le vent hurlant, puis annonça fiévreusement :

-  Mon Capitaine , nous avons une avarie à bâbord arrière. Deux cales sont déjà inondées, une troisième se remplit rapidement.

Le maître de bord ne réfléchit pas longtemps avant de donner des ordres.

- Faites évacuer les passagers et décharger les coffres. Formez trois groupes de matelots et envoyez les dans chacune des cales atteintes pour écoper. Allez chercher le charpentier afin qu'il nous colmate tout cela. Sortez le tonneau de goudron, il va en avoir besoin.

Le marin se tourna ensuite vers Teriel.

- Débarquez avec votre cheval et mettez-vous en lieu sûr.

Mais l'Elfe Noir secoua négativement la tête.

- Je vais le hisser avec des cordages pour le faire passer par dessus bord. Il nagera seul . C'est un Isrien, il sait nager vers le rivage d'instinct. Puis je vous aiderai à faire face aux avaries. Ne faudrait-il pas que vous ramassiez les voiles ?

Le vieux Capitaine dont le visage hâlé plus que de coutume chez les Elfes trahissait une longue expérience de la mer soupira connaissant l'entêtement proverbial de son passager.

- Fort bien, je suppose qu'il est inutile d'essayer de vous raisonner. Oui il le faudrait en effet, mais quel fou s'aventurerait en haut des mâts par une tempête pareille ? Je ne peux pas envoyer un de mes hommes à une mort certaine. Occupez-vous plutôt de votre monture ...

Un craquement sinistre interrompit sa phrase. Le mât d'Artimon venait de se briser et de s'abattre sur le pont. Lorsque le Capitaine revint à l'attention de Teriel, il ne trouva personne. Le Commandant de la Garde de Nihis était déjà parti à l'assaut de la grande vergue. Même s'il n'était pas marin, l'Héritier de Dealanis Teante savait très bien qu'un bateau qui offre ses voiles à la tempête n'a aucune chance d'en réchapper. L'Edana ne pouvait sombrer corps et bien, non seulement parce qu'il y avait plusieurs vies en jeu, mais aussi et surtout parce que la paix était en jeu.

Tout en escaladant le mât, Teriel scrutait le ciel d'encre qu'aucune étoile ne venait consteller. Il n'était pas loin de penser que ce qui œuvrait au cœur de cette tempête n'était pas naturel. Il rassembla la voile du mieux qu'il put, comme cela lui paraissait logique. Il noua les cordages qui devaient les retenir puis redescendit pour passer aux deux autres mâts encore debout que comptait le navire. En bas, l'équipage s'activait, dans une effervescence ordonnée, typiquement elfique, mais pas assez vite à son goût. Les passagers pour certains paniqués, renâclaient à monter dans les chaloupes. Certains matelots perdaient un temps précieux à tenter de les convaincre.

Une fois sur le pont, Teriel s'employa à les convaincre à sa façon. Sans ménagement, il en poussa quelques un dans les embarcations qui battaient le flanc du navire. Pour les plus récalcitrants il dégaina sa lame elfique et la pointa sous le menton des couards.

- Je ne ferai pas le sacrifice d'hommes courageux pour convaincre des pleutres. Sautez dans cette chaloupe ou je vous embroche et vous passe par dessus bord.

Puis son regard tomba sur une petite silhouette recroquevillée. Il s'approcha et prit le bras de l'enfant qui releva la tête. Elle pleurait en silence, dans l'indifférence des adultes affairés à sauver ce qui pouvait l'être. Mais ce n'était plus vraiment une enfant. Teriel perçut immédiatement une étrange aura qui émanait d'elle. Une apprentie de Port-Noble...

Mais l'attention de l'Elfe Noir fût bientôt attiré par l'exclamation de la vigie de proue.

- Le Phare nous a vu ! Il a mis son fanal rouge ! On va nous secourir !


- Ou nous achever ... nous exterminer ... Murmura Teriel.

Le Capitaine ordonna immédiatement qu'on hissât le fanion blanc, symbole de paix.

L'Elfe Noir tourna à nouveau son attention vers la jeune fille et lui demanda doucement:

- Quel élément fait corps avec ta volonté ?  Tu sais, c'est important. Cela pourrait peut-être nous sauver du naufrage...



Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Teriel Argemor le Dim 19 Aoû - 23:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Guillaume de Kérizel
ac : Henri (Henry) Cavill
Messages : 192
Date d'inscription : 14/06/2018
Loué les rois :
Surnom : le Bien-Aîmé ; Guy ; Gus
Mariage : veuf de sa femme Marie de Les Anges
Age : 38 ans
Métier/Titres : ambassadeur & ministre des Affaires étrangère / duc de Kérizel
Allégeance : sa famille & son pays

Message [Quelque part sur la côte de Cordouanelle] Quand un Elfe a un grain (pv Guillaume et Ruby) ♦ écrit Lun 13 Aoû - 2:40


Quand un elfe a un grain

Il est trois choses que l'homme sage doit redouter : une tempête sur la mer, une nuit sans lune et la colère de l'homme débonnaire. — Patrice (Patrick) Rothuss

E5-20, Mois 11, Semaine 3, Jour 3

La garde de Cordouanelle se préparait avec la rigueur qu'il imposait. Car Guillaume voulait des hommes qui voulaient se battre, ce genre d'hommes qui savent manipuler une arme pour attaquer, pour se défendre. Car l'île de Cordouanelle se devait d'être éternellement belle, prospère & puissante pour pouvoir être dans les petits papiers de Mirak Andores. La Cordubanela æterna de jadis ne voulait pas forcément retrouver son indépendance (car les conséquences pourraient être désastreuses & que le souverain aimait les Andores), mais elle voulait garder sa force, sa vigueur. Que cela ne soit pas qu'un souvenir, qu'elle ne se repose pas sous son linceul de gloire mais qu'elle vive ! L'armée envoyée alla, avec son capitaine des gardes, accueillir le bâteau qui n'était pas annoncé : malgré toute la force de la tempête, on put voir que le drapeau était blanc. — C'est un bâteau ami ! Vite, allons leur venir en aide avec un bâteau de secour ! Et la garde de s'éxécuter pour aller sauver l'équipage inconnu.

⁂⁂⁂

On porta la lettre au seigneur Guillaume. Au vu de l'urgence, le porteur oublia de dire qu'il fallait attendre que ledit seigneur se soit réveillé avec toute la cérémonie qui suit. Le valet prit la lettre, entra dans la chambre de Guillaume et le brusqua à un peu pour le réveiller. « — Qu'est-ce que c'est ?! Une invasion à cette heure-là ? — Non, Monseigneur : un bâteau a commencé à acoster alors qu'il nest pas annoncé. » Se grattant les cheveux, Guillaume changea de chemise, mit une veste, un pantalon, se vêtit complétement pour que l'attelage le menâsse à destination. « — J'espère qu'en une heure de trajet, j'aurais le plaisir de voir que la situation sera réglée... »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ac : Sophie turner
Messages : 22
Date d'inscription : 20/07/2018
Surnom : La fille des glaces
Age : 20
Métier/Titres : Apprentie
Allégeance : Maison Arandr

Message [Quelque part sur la côte de Cordouanelle] Quand un Elfe a un grain (pv Guillaume et Ruby) ♦ écrit Dim 19 Aoû - 22:58
 
Quand un Elfe a un grain


E5-20, Mois 11, Semaine 3, Jour 3.

Arrivée à Dalae elle rabattit alors sa capuche sur sa tête  et la baissa au moment d'embarquer. Elle était restée 1 mois chez ses parents pour se ressourcer. Elle ne souhaitait pas attirer  l'attention, non seulement car son aura en intriguait plus d’un, mais aussi car c'était une demoiselle qui voyageait seule.
Elle régla alors son voyage sans adresse un regard au capitaine et partit dans la petite cabine  qui lui avait été réservée.

Deux semaines. Deux semaines ou elle avait  pu rester tranquille dans sa cabine. Jusqu'à  ce que le bateau soit pris dans une tempête. Elle monta alors sur le pont pour se sortir de cet enfer.

Le roulis du bateaux et le vent qui lui faisait rebrousser  chemin à chaque pas, ne lui facilitait pas la tâche. Elle voyait tout l'équipage  s'agiter à bord. Ne pouvant rien faire de plus à cause des éléments qui s'étaient ligués contre elle. Ruby décida de rester accroupie.


Les vagues devenaient de plus en plus violentes. Elle espérait  que tout ça ne soit qu'un rêve. Oui un mauvais rêve. Des larmes. Voilà ce qui coulait de ses yeux. Elle était terrorisée à l'idée  de frôler la mort une nouvelle fois.

Une nouvelle vague. Voilà tout était fini elle en était sûr. Au prochain coup de vent elle ne pourrait pas tenir et serait  expulsée par dessus le bastingage. C'est ce qu’elle pensait jusqu'à ce qu'elle soit relevée. Une personne l'avait remarquée.Quelqu'un  venait la sauver.

Quand  elle releva la tête  un homme la tenait par le bras. Elle le remercia intérieurement de l'avoir  vu. D'avoir pris le temps de l'aider. Au premier regard il paraissait avoir une trentaine d'années. Ses yeux sombres disaient autres choses. Il semblait avoir vu bien  plus de choses que la jeune femme. Et un je ne sais quoi dans le regard lui fit alors comprendre. Cette lueur elle l’avait déjà vu, et ça durant toute son enfance. Son père avait  la même.


“Un elfe.”

Elle en était  sûr et certaine. Rien ni personne ne lui aurait fait dire le contraire. Elle ne le lâche  plus du regard, s'agrippant à lui comme à une bouée de sauvetage. Sans quelle ne s'y attende l'homme  lui parla.

-Quel élément  fait corps avec ta volonté  ? Tu sais c'est important. Cela pourrait peut-être nous sauver du naufrage…


La voix de l'homme  était douce. Comme s’il souhaitait  la rassurer. Elle eu du mal à comprendre au début.  Mais fit vite un lien logique. Il avait pu voir l’aura qui l'entoure.

Il  comptait  sur elle afin de tous les sauver d’un naufrage certains. Mais elle était bien trop inexpérimentée  pour cela. Les rares moment ou elle arrivait à geler entièrement le bassin présent au sain de l'enceinte  ne relevait que d'une concentration extrême et dans un calme total… alors geler l'eau qui entourait le bateau relèverait d’un exploit sans pareil et irréalisable  pour elle.

Malgré ses doutes elle répondit au bout d’un moment  d'une voix peu assurée.

-La… la glace. Je suis la fille des glaces. Mais veuillez me pardonner je ne pense pas pouvoir vous être  d'une grande aide…


Elle baissa la tête ne voulant pas affronter le regard de l’elfe.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Guillaume de Kérizel
ac : Henri (Henry) Cavill
Messages : 192
Date d'inscription : 14/06/2018
Loué les rois :
Surnom : le Bien-Aîmé ; Guy ; Gus
Mariage : veuf de sa femme Marie de Les Anges
Age : 38 ans
Métier/Titres : ambassadeur & ministre des Affaires étrangère / duc de Kérizel
Allégeance : sa famille & son pays

Message [Quelque part sur la côte de Cordouanelle] Quand un Elfe a un grain (pv Guillaume et Ruby) ♦ écrit Mer 29 Aoû - 22:20


Quand un elfe a un grain

Il est trois choses que l'homme sage doit redouter : une tempête sur la mer, une nuit sans lune et la colère de l'homme débonnaire. — Patrice (Patrick) Rothuss

E5-20, Mois 11, Semaine 3, Jour 3

Les vagues étaient de plus en plus hautes. La pluie tombait sans interruption. On avait laissé quelques soldats à l'abri, avec un feu pour surveiller, pendant que les autres revenaient au port de la ville. Alcide Armoth, assis à son bureau demandait toutes les cinq minutes si le seigneur allait arriver. Mais la réponse restait la même : « — Non, mon capitaine. Je ne vois rien qui ait l'apparence de la voiture du seigneur Guillaume. » Il croisa les bras, soucieux de ce qui allait se passer par la suite. Cela faisait une trois quarts d'heure que les soldats étaient partit. Il fut à la fois surpris & soulagé quand ils revinrent : « — Mon capitaine, le bateau s'échouant est un bateau ami : devons-nous le faire parvenir un bâteau ? » Il se massa le menton, réfléchissant intensivement. Finalement, il donna sa réponse, avec un peu d'appréhension : « — Ne faisons rien. Il est beaucoup trop dangereux pour nous de faire apprêter un bateau, au risque de le voir couler. » Il détourna les yeux puis il regarda à nouveau ses soldats : « Quel est le temps dehors ? » On alla demande des informations : « — La mer a l'air de se calmer depuis que nous sommes revenus, mais elle est toujours agitée. On vient aussi de me dire que la voiture du seigneur devrait arriver dans peu de temps. — Alors nous attendrons son arrivée. » décida le vieil homme. « N'oubliez pas de me faire un rapport minute par minute de ce que vous voyez au loin. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Message [Quelque part sur la côte de Cordouanelle] Quand un Elfe a un grain (pv Guillaume et Ruby) ♦ écrit
Revenir en haut Aller en bas
[Quelque part sur la côte de Cordouanelle] Quand un Elfe a un grain (pv Guillaume et Ruby)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Si jamais vous avez une centaine de secondes qui traine quelque part . ^^'
» Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total.
» « Je ne vous aurais pas déjà vu quelque part ? » [Taylor]
» en retard, en retard. j'ai rendez-vous quelque part ! (jin kyung)
» Etre né quelque part c'est toujours un hasard...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes d'Amhal :: Zone HRP :: Archives royales :: Archives V1-
Sauter vers: